• Rechercher 
  • sur Menara   
  • sur le Web   

Maroc

Houria Ben Moussa,03/07/2012 11h40

Les taxis augmentent leurs tarifs

Les tarifs des petits et grands taxis ont été augmentés de 0,50 DH suite à l’aval de la Wilaya du Grand Casablanca.


Cette augmentation intervient en riposte à la hausse du prix du gasoil, indiquent les professionnels du secteur. Ainsi, le tarif minimum de la course en petit taxi est fixé à 7,50 DH au lieu de 7 DH auparavant; celui de la prise en charge passe de 1,70 DH à 2 DH. Le prix de la chute pour tous les 80 mètres parcourus reste inchangé à 0,20 DH, indique un communiqué de la Wilaya.


En ce qui concerne les grands taxis interurbains, le tarif pour ceux parcourant une distance inférieure à 5 kilomètres est fixé à 4,50 DH au lieu de 4,00 DH. De 5 km à 10 km, le tarif est de 5 DH alors que le prix à payer pour une course de 10 km à 20 km est fixé par la wilaya à 6,50 DH au lieu de 6,00 DH.
La course entre le centre-ville et l’aéroport sera de 250 DH au lieu de 230 DH.


Riposte à la hausse des tarifs du carburant


Depuis l’annonce par le gouvernement de la hausse des prix du carburant, les professionnels du secteur n’ont cessé de manifester leur colère face à cette décision. Certains chauffeurs de taxis sont allés même à augmenter les tarifs de leurs propres chefs sans attendre un avis favorable de la Wilaya.


D’autres chauffeurs de taxi ont saisis cette occasion pour protester contre les détenteurs des agréments qui, selon eux, reçoivent tous les bénéfices et réclament une intervention de l’Etat pour octroyer les agréments aux professionnels du secteur : les conducteurs.


Les usagers, premières victimes


Le transport routier est devenu un vrai problème qui se pose au quotidien. Les Casablancais déplorent depuis le lancement des travaux du tramway une hausse du budget alloué au transport. Les embouteillages et la presque indisponibilité des bus n’ont laissé au citoyen qu’un seul recours : les taxis. Mais cette hausse des prix n’est apparemment pas à son goût.


« Je gaspille presque le quart de mon salaire dans le transport. J’habite à Sidi el Bernoussi alors que mon travail se trouve à Sidi Maârouf. Au début, je prenais trois taxis : un petit taxi jusqu’à l’arrêt des grands taxis qui emmènent vers le centre ville, et deux autres grands taxis en direction de Sidi Maârouf. Mais par la suite, fatiguée par cette course à la montre, j’ai décidé de recourir au petit taxi. Je payais pour ce trajet presque 50 DH mais maintenant avec cette hausse des prix, je risque de payer environs 70 DH », déplore Khadija. « Cette hausse des prix est un vrais problème pour moi. Je préfère mille fois payer une traite mensuelle de voiture que de continuer à subir ce stress », conclut-elle.


Entre le citoyen qui trouve toujours du mal à joindre les deux bouts de chaque mois et le chauffeur de taxi qui déplore la hausse des charges, l’Etat est appelée à engager une réflexion à même d’instaurer une réglementation claire de ce secteur, donnant droit au chauffeur de tirer profit de son travail au même titre que le détenteur de l’agrément.


Houria Ben Moussa
Partager cet article : Digg Facebook Blogmarks Wikio Scoopeo Viadeo
  • Dernière minute
  • Offres quotidiennes